Gilles Menegaux, directeur à Créteil :
«Nous nous adaptons au numérique»

Avec, à sa tête, Gilles Menegaux, le centre Afpa de Créteil adapte son épais catalogue de formations à l’évolution digitale.

Gilles Menegaux travaille au sein de l’Afpa (Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes) depuis 2010 et dirige le centre de Créteil (94) depuis quatre ans.

Basé en Val-de-Marne (94), le centre de Créteil a été construit en 1974. Il est un des tout premiers centres Afpa en France, en termes de fréquentation et de publics accueillis en formation, aussi bien demandeurs d’emplois que salariés.

Centre stratégique national, l’Afpa Créteil assure la formation professionnelle autour des métiers du tertiaire et des services. C’est un pôle de référence en secrétariat, en assistanat, en comptabilité et en gestion. Et est également d’intérêt régional en hôtellerie et en tourisme.

Son offre de formation couvre également les métiers de l’informatique, ceux du commerce, de la vente et de la distribution ainsi que ceux des services aux personnes et aux collectivités, etc.

Depuis 2014, Gilles Menegaux est directeur de l’Afpa Créteil. Il sait tout du rayonnement de ce centre.

Quels sont les principaux atouts du centre de Créteil ?

L’un de ses atouts est sa proximité avec Paris, facile d’accès par les transports en commun. Ainsi, l’établissement accueille, chaque année, plus de 1800 personnes sur des formations longues, de cinq à neuf mois – deux tiers de demandeurs d’emplois, un tiers de salariés, les publics étant, pour les deux tiers, féminins.

Le territoire du Val-de-Marne est très riche en TPE et PME dynamiques. Il rassemble beaucoup d’hôpitaux (deuxième implantation en France après Paris, NDR) et de chaînes hôtelières (zone aéroport d’Orly).

«Un autre atout,
c’est son offre de services complète»

Il y a un fort potentiel de demandes en formation individuelle, lié à la reconversion et/ou l’évolution de poste/emploi. Le secrétariat, la comptabilité, les services à la personne, avec l’explosion du numérique et des multimédias, sont des formations très demandées…

Un autre atout, c’est son offre de services complète avec, en plus des formations, une offre de recrutement, de restauration, d’hébergement et d’accompagnement au retour à l’emploi.

Quels sont les principaux objectifs du centre de Créteil ?

La diversité de son offre de formation aux métiers du tertiaire, la qualité de ses formateurs et de ses plateaux techniques permettent, à l’issue de la formation qualifiante, d’emmener plus de 83% des publics au titre/diplôme. Et 63% ont un retour à l’emploi dans les six mois qui suivent la formation !

6 stagiaires sur 10
retrouvent un emploi dans les six mois

Nous poursuivons l’évolution de notre offre pour anticiper et répondre aux besoins du marché, des entreprises et des territoires.

Le public accueilli est de tout âge : un tiers a de 18 à 25 ans, un tiers de 25 à 45 et un tiers plus de 45 ans. Avec un but essentiel, leur retour à l’emploi ou une reconversion professionnelle réussie.

Par ailleurs, le numérique et le digital vont se développer dans tous les métiers. Nous adaptons nos services en conséquences.

Google est aussi l’ami des femmes de chambre… et leur formation hôtelière s’adapte aux révolutions numériques.

Justement, comment abordez-vous cette évolution digitale ?

Elle est anticipée par l’Afpa, son ingénierie, avec les partenaires (branches professionnelles, conseil régional, Pôle emploi, entreprises, etc.). En terme d’adaptations des formations, de modalités pédagogiques, tout est pensé pour coller à la demande et aux emplois d’aujourd’hui et de demain.

Par exemple, le numérique entre dans des professions comme réceptionniste d’hôtel ou femmes de chambres, qui peuvent être amenés à utiliser une tablette tactile.

Hors-digital mais toujours pour répondre aux changements de société, une formation de médiateur social a été instituée de manière à aider les conducteurs de bus, de train, etc., à gérer l’aspect relationnel avec les usagers.

N.B. : Cette interview, réalisée par les ACM4, en octobre 2017, a été retravaillée et mise en ligne par les ACM5, en juin 2018.

Retrouvez-nous sur facebook

Interview Samira Bakkouch, assistante de formation à l’Afpa de Créteil.

« Le travail est varié.
Je ne reste pas
sur les mêmes tâches. »

Vous êtes assistante de formation à l’Afpa de Créteil. Pourriez-vous nous décrire  votre fonction et votre rôle ?

Mon rôle principal est d’accueillir les stagiaires qui rentrent en formation et de préparer leurs dossiers administratifs.

Cela consiste à convoquer  en pré-accueil tous les stagiaires pré-inscrits sur les offres de formation,  préparées en amont par les managers de formation.

Le pré-accueil est fait à partir d’une liste de stagiaires, obtenue à l’issue des tests menés par les chargés de recrutement. Ont donc lieu la préparation des documents administratifs et  la convocation à l’entrée en formation, puis l’accueil des stagiaires auxquels sont présentés les différentes démarches administratives, le règlement intérieur, la rémunération…

Depuis combien de temps travaillez-vous à l’Afpa de Créteil ?

Cela fait neuf ans que je travaille à l’Afpa.  J’ai travaillé dans plusieurs centres, avec des fonctions différentes : j’ai passé 2 ans à l’Afpa de Créteil, puis 2 autres années à l’Afpa de Paris. Ensuite, j’ai travaillé aux centres de Plessis-Robinson, Meudon et Nanterre, puis je suis revenue aux sources, à Créteil.

Ici, je suis en front-office : j’accueille les stagiaires et je les reçois.

Qu’appréciez-vous le plus dans votre fonction aujourd’hui ?

Le travail est varié. Je ne reste pas sur les mêmes tâches, je rencontre des stagiaires, différents. Cela change tous les jours. 

Retrouvez-nous sur facebook